Les 5 raisons pour "NE PAS" pratiquer le yoga !

Généralement, quand je dis que je suis professeur de yoga, on me trouve toujours une excuse pour fuir, par peur que je propose un cours : « oh moi ?! je ne suis pas assez souple » ou « je suis incapable de pratiquer cette discipline car j’ai beaucoup trop d’énergie - je suis trop actif-(ve) » , « je fais déjà du bodybalance dans ma salle de sport », « c’est trop calme - j’ai peur de m’ennuyer… », « je suis un homme, et les hommes ne font pas de yoga »… et  j’en passe.  

Je ne suis pas là pour convaincre les plus rétissants mais juste expliquer pourquoi parfois le mental a tendance à nous créer certaines limites sans même prendre le temps d’essayer, et certaines excuses ne sont juste pas  valables ! :-) A lire avec humour et bonne humeur !

Voici les 5 excuses :



1*/ « Je ne suis pas assez souple »

Les vidéos et les photos sur Instagram ou autres FB et Youtube, ne font qu’entretenir ce sentiment d’inaccessibilité de cette pratique. Je le comprends complètement, elles font rêver mais cachent le réel travail derrière la pratique et surtout l’essence même de cette discipline.

Ayant eu des problèmes de dos très jeune, je n’ai jamais été très souple, pourtant le yoga a été salvateur pour mon corps et mon esprit. Je m’améliore tous les jours un petit peu plus.

Quand mon cœur m’appelait à devenir professeur, mon mental me disait souvent : « Mais tu n’es pas assez souple, une prof de yoga pas souple, ça ne sert à rien ... ». Après un gros travail sur moi-même et aidée de mes enseignants, j’ai compris que ce que je prenais pour un désavantage - mon manque de flexibilité - était au contraire un réel avantage. En tant qu’élève, je m’étais déjà retrouvée face à des professeurs élastiques, d’une souplesse extrême et je ne vous parle pas des élèves m'entourant, et j’ai pu ressentir cette frustration de ne jamais pouvoir atteindre cet idéal. 

Grâce à cette expérience, j’ai acquis une certaine humilité quand j’enseigne, je sais et ressens les difficultés auxquels mes élèves peuvent faire face, car je suis moi-même passée par là. Et je les encourage dans leur propre acceptation de leur corps, leur vision d’eux-mêmes et des autres.

Il est nécessaire de pouvoir montrer les postures mais au delà, la connaissance anatomique et la connaissances techniques des asanas me semble plus importante afin d’éviter les blessures tout en partageant leurs bienfaits.

J’ai donc appris l’essence même du yoga : l’appréciation de ce que nos corps sont à l’instant présent, et je le répète souvent durant mes cours : « vous êtes parfait(e)s » ! « vos corps sont là où ils sont à cet instant, le passé n'existe plus, le futur n'existe pas encore, appréciez ce que vous pouvez réaliser maintenant, tout de suite. »

Quand nous vous disons que ce n’est vraiment pas grave si vous ne pouvez pas toucher vos orteils, nous le pensons vraiment, car à partir du moment où vous faites le chemin, que vous respirez, vous faites du yoga, et l’important, c’est ce que vous allez apprendre sur vous même durant la réalisation de la ou des postures.

Sachez également que nous gardons un œil très attentif sur tous nos élèves et en particulier les plus souples contrairement aux idées reçues, pourquoi ? car ce sont ceux qui sont les plus susceptibles de se blesser, ils ont généralement peu de limitations corporelles dues à leur grande souplesse. Ceux qui manquent de flexibilité, ces élèves ont l’avantage de s’écouter beaucoup plus et de poser leurs propres limites.

Dernier point essentiel : aucun sportif ne s’est réveillé un matin grand champion sans entrainements. Oui la souplesse se travaille comme n’importe quelle discipline. Et le yoga est une solution pour l’acquérir tout en douceur.





2*/ « J’ai trop d’énergie - je suis trop actif-(ve) – j’ai trop besoin de me défouler »

Nous sommes dans une société où tout va très vite, trop vite. Nous ne prenons plus le temps de regarder, d’observer autour de nous et à l’intérieur de nous. Nous en devenons fou, à courir partout !

Pour les personnes qui ont besoin de se défouler, la tenue des postures (généralement 5 respirations) peut paraître très longue et impatiente l’élève trop énergique et crispé, qui attend la fin avec impatience. Pourtant, quand cet élève réussit, après quelques séances à lâcher prise, il atteind un équilibre entre sa grande énergie - qu’il réussira à gérer au quotidien - et son besoin viscéral et inconscient de « se poser ».  Pourquoi ce ressenti premier ? comment réussir à trouver son équilibre ?

Une personne qui a beaucoup d’énergie et qui a besoin de se défouler, pratique généralement des cours collectifs à fond ou un sport individuel où il faut suer et souvent dans la souffrance d’aller au delà de ses limites pour évacuer le stress, remonter le taux d’endorphine et se sentir réellement fatigué. Le sport en général aide à canaliser un excès d’énergie en l’éliminant et crée cette bonne fatigue. Le yoga, lui, permet de réguler l’énergie excessive en l’harmonisant dans tout le corps pour de meilleures performances sportives, une meilleure concentration et un calme intérieur, le tout en ré-energisant avec équilibre le corps. D’où le parfait mix entre la pratique d’un sport et le yoga.

Donc cette « excuse » d’excès d’énergie peut être interprétée - et ce n’est qu’une interprétation - comme un mental fort qui essaye de lutter car quelque part lâcher prise, trouver le calme, c’est combattre ce mental qui nous fait courir partout et qui nous empoisonne au quotidien. Une lutte que vous pouvez complètement gagner contre vous-même.


3*/ « Je fais déjà du bodybalance en salle de sport »

J’aime beaucoup cette discipline, le bodybalance, qui mélange Yoga, Pilates et Tai Chi. Une très belle pratique accessible à tous.

Sachez que sans le yoga, le bodybalance n’existerait pas.

Le Yoga intègre la respiration appelée Pranayama, la méditation, et la dimension thérapeutique physique et mentale. Il est essentiel de rappeler lors des séances de yoga les bienfaits de chaque posture, leurs effets physiques et mentales, les contre-indications et les variantes. De plus, le Yoga a une grande dimension spirituelle qui ne faut pas négliger.

Je valide complètement la pratique du bodybalance mais elle est complémentaire et ne peut remplacer la vraie pratique d’une séance de yoga qui vous aidera à adopter les bonnes postures sans vous faire mal.


4*/ « C’est trop calme – j’ai peur de m’ennuyer »

J’ai régulièrement ce genre de remarques, remarque qui suit l'excuse numéro 2, car la discipline est souvent vue très basiquement. Les jambes croisées, les mains sur les genoux avec un son « om » en continue … Il est vrai qu’à l’origine du yoga, il n’y avait qu’une posture qui devait mener à la méditation. Et puis, le yoga a évolué et maintenant il existe plus de 1000 variations de postures, et qui peuvent être enchaînées de différentes manières. Il existe différents types de yoga : Hatha, Vinyasa, Ashtanga, Kundalini, Aerien … qui peuvent convenir à tous.

Entre les différents types de yoga et le nombre de postures existantes, l’excuse de l’ennuie ne fonctionne pas non plus.



5*/ « Je suis un homme, et les hommes ne font pas de yoga »

La plupart de mes cours sont fréquentés par femmes, et quand un homme, au détour d’un hasard inconnu se retrouve parachuté dans un de mes cours, je suis toujours très heureuse de l’accueillir.

Les plus grands Yogis sont des hommes alors pourquoi ne réserver (stéréotype) cette pratique qu’à la femme ?

Il est vrai que certaines postures peuvent être assez équivoques quand la perception reste au premier degré primaire.  Et pourtant, si nos hommes se tournaient vers une pratique de yoga régulière, ils percevraient tous ses bénéfices, développerait leur côté yin (féminin) en renforçant leur côté yang (masculin).

Les hommes très sportifs ont peur quelque part que leur image soit assimilée au yoga. Pourtant un travail en parallèle de leur sport leur permettrait d’augmenter leur performance sportive, sexuelle et leur concentration. Et cela est valable pour tous les hommes.

Le yoga permet d’étirer et de gainer en profondeur, de rééquilibrer le postural, réapprendre à se tenir droit, éviter les douleurs lombaires, dorsales etc. La dimension purement physique de cette pratique me paraît essentielle.

En ce qui concerne le côté spirituel, j’ai déjà entendu que le « bullshit* » (traduction polie : foutaise) spirituel et énergétique ne les intéressait pas … Me retrouvant face à des cartésiens néophytes ou aguerris, je ne fais que rappeler le principe même de la relativité d’Einstein : la matière n’est qu’énergie. Nous, êtres humains sommes faits de matière donc nous sommes énergie –S -. En d’autres termes, rééquilibrer grâce à des postures ses différents pôles énergétiques corporels ne semblent point être tant de « bullshit » que ça !

En conclusion, quelle que soit votre excuse pour ne pas pratiquer le yoga, ne soyez malgré tout pas trop dur avec vous même. Vous êtes capables de beaucoup plus de grandes choses que vous ne pensez.

Les hommes et les femmes avec qui je partage ma pratique en ressortent lumineux, confiants, relaxés et surtout appréhendent le monde et les autres différemment. Cela se passe sur plusieurs séances, je le vois sur les visages, dans la pratique des postures… il y a des émotions qui sortent, des nœuds qui se desserrent, des sourires qui se dessinent, un bien-être qui s’intalle. Je suis fière de mes élèves et de mes futurs élèves, et de toutes les personnes qui passent le cap après avoir longtemps utilisé l’une de ces 5 excuses ou d'autres (et moi aussi j’en ai utilisé, croyez moi ;-)). Soyez fier(e)s de ce que vous êtes ! Vous êtes. 



#yoga #bienetre #pratiqueyoga #fun

Fun&Yoga

Suivez-nous !

  • Noir Facebook Icône
  • Instagram Social Icon
  • YouTube - Black Circle

Nos Partenaires

logobsport.png
LOGO-FINAL.png

Nous contacter

Partenariats

FUN&YOGA©

CENTRES DE YOGA ET DE BIEN-ÊTRE

ORLÉANS  SAINT-CYR-EN-VAL  MEUNG-SUR-LOIRE

© 2027- Fun&Yoga© made by Héloïse C. Prod